Appel à contributions « Care, inégalités et politiques aux Suds »

, par Admin

Le care comme outil d’analyse des inégalités sociales

Les études portant sur le care et les inégalités sociales multiples qu’il sous-tend se sont développées au cours de ces dernières décennies, aux États-Unis, en Europe puis, plus récemment, dans nombre de pays du Sud.

L’organisation et la division du travail de care, au sein des familles, des institutions et des sociétés locales, nationales et transnationales, dans et entre pays du « Nord » et du « Sud », s’imposent comme des problématiques essentielles mettant au jour les inégalités qui structurent les rapports internationaux ainsi que les rapports sociaux sur la base de l’appartenance de genre, de classe, de « race » (ou d’origine réelle ou supposée).
Le travail de care et sa distribution (qui fait quoi, comment, de quelle manière ?), organisent les activités, les responsabilités, les opportunités, l’accès au marché du travail et à l’autonomie économique des un.e.s et des autres, en fonction de rôles socialement assignés et d’inégalités diverses.

Leur analyse met en mouvement, tant au niveau microsocial que macrosocial et global, l’ensemble des pièces de l’échiquier social, de l’État providence à l’organisation des ménages, en passant par les politiques publiques et leurs déficiences, le rôle du marché et des migrations féminines. En effet, dans un contexte de « crise du care » provoquée par la combinaison entre augmentation des besoins en care (notamment du fait du vieillissement de la population), moindre disponibilité des aidant.e.s familiaux (en particulier les femmes, davantage insérées dans le marché du travail) et fléchissement des politiques en matière sociale, des femmes issues des secteurs populaires et/ou migrantes sont affectées à ces emplois précaires, mal rémunérés et dévalorisés, tandis que les migrations de care creusent à leur tour les déficits en care qui affectent les pays d’origine des travailleuses. Ainsi, longtemps négligé et invisibilisé, le care renvoie à des enjeux politiques et économiques fondamentaux que ce dossier cherche à éclairer dans et entre les pays des Suds.

L’organisation sociale du care, inégalitaire, qu’elle soit ou non reconnue et posée comme un défi pour le développement social (les régimes de type familistes et maternalistes sont finalement avantageux pour les États), peut être posée comme une problématique centrale du développement. L’épineuse question de l’organisation sociale du care s’impose avec d’autant plus de force qu’outre les contraintes associées à la prise en charge des enfants et adolescents, qui affectent surtout les mères, et plus globalement les femmes, nombre de pays du Sud connaissent des processus de vieillisement de leurs populations.

Cadrage / Participation au dossier du n°242 (2020-2)

L’objet du dossier « Care, inégalités et politiques aux Suds » de la Revue internationale des études du développement, à paraître en mai 2020, est de réunir, dans une revue axée sur le développement, des travaux présentant la problématique du care, à la croisée de la division du travail de care (compris dans un sens large, qui inclut le travail rémunéré et non rémunéré et prend en compte sa complexité intrinsèque) et de l’organisation sociale du care dans les pays des Suds.

Ce dossier souhaite privilégier une approche interdisciplinaire. Les auteur·e·s de toutes les sciences sociales et humaines sont appelé·e·s à participer, y compris et sans pour autant s’y limiter : la sociologie, les sciences politiques, l’économie, l’histoire, l’anthropologie, la psychologie, la philosophie. Les auteur·e·s sont invité·e·s à explorer le travail et l’organisation sociale du care à partir d’analyses locales, nationales, inter- et transnationales. La mise en contexte d’études empiriques, de corpus originaux, la rencontre entre une approche théorique solide et un terrain, sont attendues.

Les propositions d’articles sont à envoyer (en français, anglais ou espagnol) aux adresses suivantes :revdev chez univ-paris1.fr,helenahirata99 chez gmail.com,nadya chez usp.br, natachbg chez gmail.com pour le 20 avril 2019 au plus tard.

Pour plus d’informations sur les conditions de candidature, veuillez consulter le document ci-dessous.

PDF