Lauréats de la Bourse Jeunes chercheurs 2019

, par Admin

Nous avons le plaisir d’annoncer que le Conseil scientifique de la Chaire UNESCO Défis partagés du développement : savoir, comprendre, agir a attribué les Bourses Jeunes Chercheurs dans le cadre de sa troisième édition.

Grâce à un financement du Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères (MEAE) et de l’Agence française de développement (AFD) , cinq jeunes chercheurs ont pu être récompensés pour leur travail de recherche et se sont vus attribuer des bourses d’une valeur respective de 1 000 euros, destinées à soutenir leur travail de terrain.

Les lauréat(e)s sont :

Yisso Fidele Bacye de l’Université Ouaga 1- Pr Joseph Ki-Zerbo, Ecole doctorale lettres sciences humaines et communication (LESHCO), dans le cadre de sa thèse intitulée « Les rapports de genre et émancipation économique de la femme : la problématique de la participation de la femme à la gestion du ménage à Ouagadougou. »
Objectif du Développement Durable cadre du projet de thèse :
ODD 5 - Parvenir à l’égalité des sexes et autonomiser toutes les femmes et les filles.

Adresse mail : fideleyisso chez gmail.com
Numéro de téléphone : +22670099123

Résumé du projet de recherche : Cette recherche analyse les actions des déterminants socio-anthropologiques de la participation de la femme à la gestion du ménage à Ouagadougou. La femme pour jouir de ses ressources économiques au sein du ménage fait face aux survivances de genre qui endiguent son implication dans le fonctionnement de son ménage. Les représentations sociales des rôles des conjoints, fragilisent l’implication de la femme dans la gestion de son foyer. De ce fait, les couples s’engagent dans des luttes internes soit d’expression d’une masculinité, de sauvegarde d’une virilité, soit de conquête d’une émancipation. Pour les acteurs sociaux, le pouvoir financier de la femme conduit à son insubordination. Ainsi, les rapports de genre affectent son engagement à s’investir pour acquérir une émancipation économique.

Philippe Bagre de l’Université Ouaga 1- Pr Joseph Ki-Zerbo, Ecole doctorale lettres sciences humaines et communication (LESHCO), dans le cadre de sa thèse intitulée « Altérations hydrologiques et gestion des ressources en eau du bassin du Massili à la Station de Gonsé (Burkina Faso) »
Objectif du Développement Durable cadre du projet de thèse :
ODD 6 - Garantir l’accès de tous à des services d’alimentation en eau et d’assainissement gérés de façon durable.

Adresse mail : bagrephilippe4 chez gmail.com
Numéro de téléphone : (226) 70805560/76406970

Résumé du projet de recherche : La collecte des données terrain se situe à plusieurs niveaux à savoir d’abord les campagnes de jaugeage à l’ADCP à la station hydrométrique de GONSE, les entretiens avec les agents techniques de l’agriculture de chaque commune et autre services techniques et enfin les enquêtes socio-économiques auprès des populations.
Collecte de données hydrométriques Station de GONSE
Les informations existantes ont été collectées auprès de la direction des études et de l’information sur l’eau (DEIE) sur les débits journaliers enregistrés à la station hydrométrique du Massili à GONSE depuis 1975 à 2018 et qui seront complétées par l’acquisition de nouvelles données à travers les campagnes de jaugeages prévu pour deux ans pendant les périodes des basses eaux, des moyennes eaux et des hautes eaux. Les matériaux nécessaires requis pour bien mener cette étude sont : l’ADCP, un ordinateur, un véhicule, un chauffeur, une corde de 300m, trois bottes de chaussures, trois imperméables et trois parapluies.
Nous avons déjà effectué la première campagne de jaugeage la saison pluvieuse écoulée (2018-2019) sous l’appui technique de deux techniciens de la direction des études et de l’information sur l’eau (DEIE). Nous comptons reprendre cette activité à la prochaine saison de pluie à partir de fin Mai marquant le début de la saison pluvieuse au Burkina Faso.
Le protocole de jaugeage s’appuie sur une démarche basée sur des sorties ponctuelles en fonction des côtes lus après chaque pluie par un observateur terrain. La section de jaugeage retenue pour l’étude est l’aval du pont Massili. Au niveau des plans d’eau équipés de limnimètre (échelle d’observation), des observateurs terrain seront permanemment en poste pour effectués des lectures deux fois par jour à savoir le matin à 6 h et le soir à 18 h.
Collecte de données auprès des Chefs ZAT (Zone d’Appui Technique Agricole)
Un guide d’entretien est adressé au chef ZAT des treize (13) communes du bassin versant du Massili à GONSE. Cet entretien vise à faire le point auprès de ces agents techniques agricoles, l’ensemble des pratiques agricoles menées dans l’espace d’étude. Ces données vont servir à modéliser les impacts de ces pratiques sur les ressources en eau.
Collecte de données auprès des services techniques
Un guide d’entretien est également adressé aux services techniques situés dans la zone d’étude et ayant un lien avec les ressources en eau du bassin versant. Nous avons recensé quelqu’un à savoir l’Office National de l’Eau et de l’Assainissement (ONEA), la Direction de l’Inventaire des Ressources Hydrauliques (DIRH), la direction générale des ressources en eau (DGRE), la Direction Générale de l’Eau Potable (DGEP) du Centre et du Plateau Central, le ministère de l’eau, de l’agriculture, de l’industrie, de l’environnement et de l’élevage, la mairie de Ouagadougou, les directions régionales de l’eau, de l’agriculture, de l’élevage, de l’environnement et de l’industrie, l’Agence de l’eau du Nakanbé, les services privés intervenant dans le domaine de l’eau : SAWESS (Sahelian Agency for Water, Environnement and Sanitation), le comité local de l’Eau (CLE) du Massili Supérieur.
Collecte de données auprès des populations
Les enquêtes socioéconomiques vont permettre d’identifier et d’analyser les perceptions des populations sur le passé et le vécu dans le milieu afin d’évaluer les effets des paramètres climatiques et de l’utilisation des terres sur les ressources en eau du bassin versant. Pour cela dix sites (10) d’enquête ont été retenus dont l’échantillon cible constitue 300 ménages. Des fiches d’enquête et guide d’entretien seront formulées et adressées aux différents usagers de l’eau et les personnes ressources. Pour cela nous allons d’abord réaliser des entretiens individuels avec les chefs de ménages (agriculteurs, éleveurs, pêcheurs, dolotières, briquetiers) et enfin s’entretenir avec les personnes ressources.

Traore Diakalya de l’Université Ouaga 1- Pr Joseph Ki-Zerbo, Ecole doctorale lettres sciences humaines et communication (LESHCO), dans le cadre de sa thèse intitulée « Mutations d’usages des terres et dynamique de la biodiversité dans la commune de Kangala au Burkina Faso »
Objectif du Développement Durable cadre du projet de thèse :
ODD 15 - Préserver et restaurer les écosystèmes terrestres, en veillant à les exploiter de façon durable, gérer durablement les forêts, lutter contre la désertification, enrayer et inverser le processus de dégradation des sols et mettre fin à l’appauvrissement de la biodiversité.

Adresse mail : ziediakalyatraore chez gmail.com
Numéro de téléphone : (226) 70 89 18 22 / (226) 75 74 70 97 / (226) 78 51 63 84

Résumé du projet de recherche : Après le traitement des images satellitaires LandSat TM, scènes 197/52 et 197/53 de 1990, 2000, 2010 et de 2018 afin d’estimer la dynamique d’occupation ou des changements d’usage des terres par télédétection, une mission d’exploration sur le terrain est prévue pour vérifier les unités d’occupation du sol. Nous réaliserons également des transects suivant les types d’occupation des terres et de la géomorphologie. Ils seront placés des sommets des plateaux en direction des villages ou des bas-fonds et vice-versa. Par ailleurs, quarante placettes seront réalisées en raison de cinq par transect. Les dimensions des relevés seront de 10 m x 100 m dans les formations ripicoles et de 50 m x 50 m dans les autres formations végétales tout en prenant en compte la règle de la triple-homogénéité (physionomique, floristique et écologique) afin de limiter les effets de lisières. Ces activités auront lieu au cours du mois de février. De plus, une recherche bibliographique et une enquête terrain seront effectuées pour recueillir des données statistiques pluviométriques, agricoles et démographiques auprès des services techniques et administratifs de mars à avril inclus. Pour l’échantillonnage démographique, la base de sondage définie est l’ensemble de la population de commune de Kangala. La population cible sera constituée des chefs de ménages dont l’âge est supérieur ou égal à 40 ans. En opérant un choix raisonné, huit villages sur les quinze que compte la commune seront enquêtés. Il s’agit de Sokouraba, Kagnabougou, kangala, Mahon, Natandougou, Ouolonkoto, Lanfiera et Bakaribougou. Le choix de ces villages se justifie non seulement par leur position géographique mais aussi par les spécificités ethniques et dialectiques. Kangala compte 3786 ménages (INSD, 2006). Ainsi, pour la détermination de la taille de l’échantillon nécessaire pour l’étude, la formule n = 1/E2 c’est-à-dire que la taille de l’échantillon (n) est égale à l’inverse de l’erreur E au carré a été utilisée puisque nous ignorons les caractéristiques de la population et par voie de conséquence l’écart-type est inconnu. La marge d’erreur acceptée est de 5 %. Nous obtenons donc : n = 1/E2, n = 1/0,052, n = 400. Toutes ces données permettront de rendre compte de la dynamique d’occupation spatiale.

Clémence Pougué Biyong de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Centre d’Economie de la Sorbonne (CES), dans le cadre de sa thèse intitulée « Le rôle des biais comportementaux dans l’investissement en santé préventive : étude de cas des travailleuses du sexe en Côte d’Ivoire »
Objectif du Développement Durable cadre du projet de thèse :
ODD 3 - Permettre à tous de vivre en bonne santé et promouvoir le bien-être de tous à tout âge.

Adresse mail : clemence.pougue-biyong chez univ-paris1.fr

Résumé du projet de recherche : Face à la transition épidémiologique, les décideurs publics doivent répondre à la menace portée par la double charge de maladies chroniques et infectieuses. A cet égard le virus du VIH occupe une place particulière car, étant mieux pris en charge, sa pathologie se vit de plus en plus comme celle d’une maladie chronique. La santé préventive (se faire dépister, suivre un traitement ou réduire les comportements à risque) est un élément stratégique pour éradiquer et anticiper les conséquences économiques de cette transition épidémiologique. La recherche en économie du développement a permis d’identifier certains obstacles socio-économiques à l’investissement dans la santé préventive, tant du côté de l’offre que de la demande de soins (Dupas et Miguel, 2017). Les biais comportementaux sont d’autres obstacles qui ne sont pas encore assez étudiés et pourtant déterminants dans la décision d’investir en santé préventive. Kremer, Rao et Schilbach (2019) incitent les chercheurs en économie du développement à s’appuyer sur l’économie comportementale pour approfondir la recherche sur les comportements de santé. L’une des questions principales est de savoir dans quelle mesure le processus d’adoption d’un comportement de santé préventif dans une population stigmatisée relève des effets de pairs.
Pour répondre à cette question, je participe au projet PRINCESSE (ANRS 12381, menée par PACCI et CEPED) à San Pedro (Côte d’Ivoire), dont l’objectif est de faciliter l’accès aux soins de presque 500 travailleuses du sexe réparties sur 10 sites prostitutionnels. Les soins – incluant un suivi IST et MST - sont prodigués au sein d’une clinique mobile qui visite aléatoirement chaque site toutes les deux semaines. Cette cohorte est enquêtée tous les six mois sur la santé physique et mentale ainsi que les caractéristiques socio-démographiques. Cette quasi-expérimentation offre l’opportunité d’étudier le lien entre les effets de pairs et la variation du suivi des traitements. Les travailleuses du sexe migrent en fonction des opportunités économiques et rencontrent des pairs sur différents sites, ce qui modifie leur comportement. Je m’appuie sur la proximité géographique des travailleuses du sexe pour mesurer leur proximité sociale et estimer les effets de pairs. J’exploite l’activité économique comme une variable exogène mais déterminante de l’activité des travailleuses du sexe pour instrumenter les effets de pairs. En effet, la densité de population sur un site varierait en fonction de la distance aux sites d’activité agricole et portuaire. Les premiers résultats devraient être disponibles fin 2021.

Morgane Rosier de l’Université d’Ottawa, Ecole de développement international et mondialisation (EDIM), dans le cadre de sa thèse intitulée « Les rapports de genre et émancipation économique de la femme : la problématique de la participation de la femme à la gestion du ménage à Ouagadougou »
Objectif du Développement Durable cadre du projet de thèse :
ODD 17 - Renforcer les moyens de mettre en œuvre le Partenariat mondial pour le développement et le revitaliser.

Résumé du projet de recherche : Ce projet vise à comprendre la gestion et la mise en œuvre de l’aide internationale au Vanuatu, un petit Etat insulaire en développement exposé aux catastrophes naturelles et récipiendaire d’un des plus hauts montants d’aide par habitant au monde. En 2005, après des décennies de résultats jugés décevants concernant l’aide, bailleurs et récipiendaires produisent la Déclaration de Paris sur l’efficacité de l’aide au développement. Fruit d’une volonté commune de transformer en profondeur la manière d’allouer l’aide, ils reconnaissent le rôle primordial des pays récipiendaires dans l’identification des priorités de développement qui les concernent, la définition et la mise en œuvre des politiques pour les poursuivre. Cinq principes articulent cette déclaration : appropriation - les pays récipiendaires définissent eux-mêmes leurs politiques de développement ; alignement - les bailleurs soutiennent ces stratégies ; harmonisation - les bailleurs s’accordent sur les actions à mener ; résultats - les stratégies et politiques définissent des objectifs précis à suivre méthodiquement ; redevabilité mutuelle - bailleurs et récipiendaires sont solidairement responsables de la mise en œuvre de ces stratégies. Au fil des forums de haut-niveau et des études, les résultats s’avèrent cependant décevants et l’Agenda de Paris se transforme. Aujourd’hui visage de cette ambition, le Partenariat mondial pour une coopération efficace au service du développement prône le respect des principes d’appropriation, de résultats, de partenariats de développement inclusifs et de transparence et de redevabilité mutuelle. Néanmoins, il n’aborde pas de front les échecs et leurs causes. C’est ce manquement que cette recherche vise à contribuer à pallier.

Le jury était constitué de membres du Conseil scientifique et du Comité de pilotage de la Chaire :
• F. Nahavandi et L. Roudart pour le Centre d’Etudes de la Coopération Internationale et du Développement (CECID) – Université libre de Bruxelles
• M-E. Desrosiers, H. McGill et S. Baranyi pour l’Ecole de développement international et mondialisation (EDIM) – Université d’Ottawa
• H. Kouadio et R. Fassassi pour l’Ecole Nationale Supérieure de Statistique et d’Economie Appliquée (ENSEA) d’Abidjan
• M. Diop et M. Curtis pour l’Université Général Lansana Conté de Sonfonia-Conakry
• A. Le Naëlou, S. Capitant, S. Soukouna et G. Gillot pour l’IEDES - Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
• A. Soura, M. Wayack-Pambè, C-V. Rouamba B. et M. Compaore pour l’Institut Supérieur des Sciences de la Population – Université Ouaga 1 Pr Joseph Ki-Zerbo